mardi 28 juin 2016

Le droit du peuple à décider pour lui-même?


En Grande-Bretagne, pour pouvoir aller chercher des voix supplémentaires John Cameron a promis au cours de la dernière campagne électorale, un référendum sur la sortie de son pays de l’Europe.

Chose promise, chose due et le referendum donna comme résultat….la sortie, ce qu’on appelle le Brexit avec plutôt une majorité confortable.
Presqu’au même moment en France le gouvernement pour trancher de la construction du nouvel aéroport de Nantes sur la commune de Notre Dame des Landes organisait une consultation citoyenne pour demander aux habitants de se prononcer sur le bien fondé de cet équipement supplémentaire et la réponse fut oui.
Dans les deux cas le point commun est que ceux qui ont voté majoritairement se sont volontairement assis sur le « bien pensant » sur les idées généreuses ou à contre courant d’une presse elle aussi bien pensante.
Les électeurs ont d’abord pensé et majoritairement à ce qui pouvait être bien pour eux dans les conditions de leurs connaissances!
Sur l’aéroport, pas grand-chose à ajouter qui n’ait été dit, simplement le juste retour des choses face à des mouvements écologistes qui ne représentent pas plus de 2% des électeurs sans accord de partis, et des zadistes marginaux qui ne valident les consultations que lorsqu’elles leur donnent raison et surtout une forte volonté des habitants de la région de Nantes souhaitant du développement économique.
Sur le Brexit par contre nous assistons à un mouvement de fond, qui si il était reproduit dans d’autres pays donnerait sans doute le même résultat. En effet l’idée généreuse et grande d’une Europe unie constituant une nation homogène au service de ses citoyens a été complètement détruite par un pouvoir administratif zélé, obscurantiste, ne vivant que sur lui-même et loin de toutes les réalités si diverses selon les pays et complètement abstrait pour le citoyen de base.
On peut clairement parler d’une administration européenne totalitaire et hyper normative.
Rien d’étonnant donc, à ce que les pays et leurs peuples trompés par tant d’espoir déçu se disent qu’en fin de compte ce ne pourrait être pire indépendamment et au moins avec la possibilité de connaître et toucher ceux qui sont élus et sensés gouverner.
L’histoire a déjà connu de tels phénomènes, il n’y a pas si longtemps et après analyse pas si différents.
Rappelez-vous l’URSS, cet état nation qui voulait au nom d’un dogme faire le bonheur de peuples et de pays différents réunis sous un même pouvoir politique. On votait en URSS, certes il n’y avait qu’un seul candidat ou une seule question, mais rappelez-vous les différents traités européens, quand il y avait plusieurs questions tous les partis étaient unanimes ou si la réponse était négative on trouvait une solution pour faire passer tout de même la bonne réponse, celle voulue par le pouvoir en place. la démocratie orientée ou dirigée ne différencie pas beaucoup de  la démocratie totalitaire.  
Et qu’est devenu l’URSS ? Et que sont devenus les états membres ? Est-ce pour autant que les peuples ont disparu de la surface de la terre ? Les pays ont rebondi avec plus ou moins de succès, plus ou moins de démocratie, plus ou moins de bonheur de vivre suivant la culture de chacun.
L’histoire est un éternel recommencement, et il ne faut pas dramatiser le Brexit et peut être d’autres à venir si c’est la volonté des peuples à disposer d’eux-mêmes. Le débat si il est démocratique doit exister et le peuple seul a le droit de faire des erreurs car de toute façon c’est lui qui paie au final, y comprit lorsque ce sont des erreurs de ses dirigeants.
La création de grandes structures, de grands états, de grosses collectivités qui éloignent les pouvoirs du citoyen ne fonctionne que très difficilement et amène dans tous les cas au mieux l’incompréhension au pire la désaffection du citoyen électeur, acteur de la démocratie.

La loi NOTRe oblige aux communautés de communes de se rassembler et de fusionner, mais si on demandait aux électeurs de choisir quelle serait sa réponse ?

1 commentaire:

Christine Burk a dit…

La réponse serait NON .. à mon avis parce que déjà tellement de concitoyens ne savent pas ce qu est une Com Com et ses compétences ... Alors pourquoi se regrouper au risque de perdre le service de proximité ...
Tout se regroupe, tout s agrandit...
Les pharmacies, les medecins.. Tout se compare aux supermarchés pratiques mais inhumains...
Alors Région ... Com com.... Communes...
Je comprends tout à fait l inquiétude des habitants qui n'ont même pas leur mot à dire...
Ce qu ils en pensent, de ce que je peux entendre, c est que les regroupements favorisent les intérêts des acteurs, des décideurs mais pas celui des usagers ..!!
Souvent, on n'écoute pas les principaux intéressés ..!!!