mercredi 17 septembre 2008

Nous manifestions....


Nous avons manifesté hier, et nous étions nombreux !
A l’appel de la FNSEA Massif Central nous avons été manifester à Clermont hier afin d’essayer de faire comprendre à nos dirigeants politiques que nos régions sont très particulières et que le revenu dégagé par les exploitations agricoles dans le massif central n’a rien de comparable avec les grandes régions agricoles.
Si le revenu augmente de 17% en 2007 au niveau de la France, il baisse de 5% dans le massif central.
Ceci est essentiellement du au manque de revalorisation des productions d’herbe, donc tous les élevages, mais aussi à un accroissement des charges qui touchent toutes les productions. En effet loin des ports les carburants, les engrais, les différents intrants nécessaires à la production agricole sont plus cher dans nos régions que partout ailleurs.
Mais il faut souligner la baisse des revenus des éleveurs qui ne peuvent qu’exploiter l’herbe, et d’ailleurs si ils ne le faisaient pas ce serait dans doute la friche qui dominerait.
Sont très touchés en particulier les éleveurs de moutons, qui cumulent la faiblesse des cours du mouton avec la maladie qu’est la FCO (fièvre catarrhale ovine) avec parfois des élevages réduits jusqu’à néant !
Ensuite les éleveurs de bovins viandes, qui cumulent faiblesse des cours des bovins, avec hausse des charges et FCO parfois.
Nous sollicitons dans la révision de la PAC que les hectares d’herbes bénéficient des même aides que les grandes cultures.
C’est possible pour deux raisons : la première est qu’avec la hausse des cours des céréales, les régions de grandes cultures continuent de toucher des aides parfois très élevées, alors que les céréaliers de nos régions eux ne bénéficient pas du même montant des aides pourtant sur les mêmes productions. La deuxième est que le budget agricole européen n’est jamais consommé en entier, ainsi en 2007 1,7 milliards d’euros ont été prélevés sur le budget agricole pour alimenter le projet de satellite Galiléo, et en 2008 ce sera 1,4 milliards pour l’aide des pays en voie de développement, où l’on sait très bien que cet argent ne sert qu’à alimenter la corruption de ces pays…
Nous espérons donc que les gouvernants auront compris le message ! Pour qu’une manifestation d’une telle ampleur soit possible aujourd’hui, alors que le nombre d’agriculteurs à diminué de moitié en 15 ans c’est sans nul doute que la situation est grave.Mais nous avons espoir d’être entendus, espoir d’être compris, et espoir d’être soutenus !

1 commentaire:

Corinne a dit…

La hausse des cours des céréales ???
Tu as vu ça où ?

Ce ne fut malheureusement, si je peux dire, qu'un "feu de paille"...
Regarde les cours actuels...

Que les éleveurs revendiquent leurs spécificités, oui, mais qu'à chaque fois ce soit en tapant sur les céréales... belle mentalité.

Nous dans le vin, on est confronté à la réalité du marché. Si on ne peut pas s'adapter, on crève. C'est tout. Pas de place pour les "amateurs".

Combien d'éleveurs investissent au delà de la raison, parce qu'ils savent qu'ils seront toujours aidés ??? J'ai des exemples à la pelle...

Manifester pourquoi pas, parler spécificité oui. Mais taper sur les autres, NON. C'est comme si pour vendre mon vin je critiquais mes collègues. Ben non. Je présente ma production, mes spécificités (moi aussi), mais je ne parle jamais des autres. C'est un principe. Tu ne deviens pas meilleur en écrasant les autres.

Quand les éleveurs et syndicalistes deviendront un peu plus "commercial", et même "marketing" leur image sera meilleure...