dimanche 25 octobre 2015

L'interdiction de désherbage des lieux publics sera un danger!






En janvier 2014 sous l’impulsion des élus d’Europe Ecologie Les Verts, le parlement a adopté une loi interdisant l’usage de produits phytosanitaires dans les collectivités, en clair en 2017 les communes n’auront plus le droit de désherber chimiquement les lieux publics.
Encore une fois si le balancier avait été un peu loin en la matière, il revient encore plus fort sans trouver le juste milieu.
A St Pourçain comme dans toutes les collectivités, nous nous préparons à cette nouvelle façon d’entretenir les lieux publics et nous entrevoyons dès à présent les limites de cette interdiction qui de toute façon aura un impact sur la sécurité des gens.
En effet il faut désormais s’attendre à voir de l’herbe sur les trottoirs, et voir même des surfaces implantées en gazon afin d’étouffer des mauvaises herbes hautes qui pourraient pousser. Les surfaces étanchées en béton ou bitume ne devrait pas subir de contraintes par rapport à cette interdiction, mais tous les trottoirs en sablé seront à terme recouvert d’herbe plus ou moins entretenue, il faut s’y attendre, à moins que chaque propriétaire au droit du trottoir l’entretienne lui-même mécaniquement ce qui est la loi, mais nous savons dans la pratique que cela ne se fait pas.
Car la seule façon de contrôler ce qui poussera sur les trottoirs, les aires de jeux, les cours etc, ce sera mécaniquement, et qui dit mécaniquement dit main d’œuvre au moment même ou l’Etat diminue très fortement les dotations pour les communes et donc la possibilité d’embaucher.
Qui plus est un entretien mécanique présente des dangers bien plus importants qu’un désherbage chimique à dose raisonnée, imaginez une tondeuse ou un rotofil et les projections que cela peut faire sur les passants ou les voitures. En tout état de cause la commune n’aura pas les moyens d’entretenir plusieurs fois par an les dizaines d’hectares que constituent les aires de déplacement public.
Mais le législateur a-t-il pensé aux conséquences d’avoir des trottoirs enherbés demain ?
Est-ce que les enfants allant à l’école un matin de rosée ou de pluie marcheront dans l’herbe ? Est-ce que les personnes âgées ayant déjà du mal à se déplacer sur les trottoirs accepteront de marcher dans l’herbe ? Les mamans avec les poussettes ? Et alors que l’Etat nous oblige à grand coup de contraintes financières à mettre aux normes handicapées les voiries, les chariots rouleront bien dans l’herbe ? Un aveugle se déplacera bien avec sa canne au milieu de l’herbe qui recouvre les trottoirs ? Ces nouvelles aires enherbées ne seront-t-elles pas un peu plus le refuge des crottes de chien des maîtres incivils ?
Les citoyens accepteront ils d’avoir les tombes de leurs morts dans les cimetières au milieu de friches ?
Je connais d’avance le résultat de toutes ces nouvelles contraintes, tout le monde marchera ou roulera sur la chaussée de la route à côté des trottoirs prenant des risques énormes face aux véhicules roulant souvent rapidement.
Une fois de plus le dogme écologique remplace le bon sens, et si les pratiques de désherbage nécessitaient sans doute des formations au bon usage, l’interdiction est une erreur et sera un danger pour la population, et comme d’habitude dans vingt ans après quelques morts on reviendra en arrière.
Pour utiliser quotidiennement ces produits je mesure les progrès qui ont été fait et leur dégradabilité de quelques heures après leur usage permettant d’atteindre les mauvaises herbes sans polluer l’environnement.
De la même manière il faudra s’attendre de plus en plus en été à avoir des trains en retard tout simplement parce que les ballasts non entretenus provoqueront des incendies avec les étincelles des rails qui bloqueront le trafic en espérant qu’aucun train ne soit pris dans les flammes.
Quand vous voterez demain, mesurez tous les impacts des projets portés par les partis et surtout les effets secondaires cachés sous de bonnes intentions.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je viens de lire votre publication dans la France Agricole concernant l'interdiction d'utiliser des produits chimiques pour l'entretien dans les communes. Je voulais juste vous indiquer qu'en Bretagne, il y a déjà 167 communes qui se passent totalement de ces produits, dont certaines depuis plus de 6 ans déjà (http://bretagne-environnement.org/fr_bretagneenvironnement/Media/Atlas/Cartes/Communes-zero-phyto-en-Bretagne). J'habite moi-même une de ces communes, et je peux vous rassurer, il n'y a pas eu de recrudescence de chutes ou de personnes écrasées ! Et les trottoirs ne ressemblent pas à une prairie ! Certes, cela nécessite de revoir totalement les méthodes d'entretien mais aussi d'anticiper lors de la création des espaces publics.